Eric, 35 ans, Courtrai

Vos unités tournent de nouveau. Le risque de blackout est-il tout à fait écarté ?

Nous avons connu, en Belgique, une situation exceptionnelle entre le 13 octobre et le 12 novembre, avec un seul réacteur sur sept en activité. Les équipes d’ENGIE se sont alors mobilisées pour mettre en marche des capacités alternatives. Nous avions promis de trouver 750MW et nous avons, pour finir, activé 1273MW de capacités additionnelles. Parallèlement, nos équipes se sont mobilisées jour et nuit pour permettre de répondre aux exigences de l’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire et redémarrer nos unités en toute sûreté. Aujourd’hui, la majorité de nos unités produisent de nouveau localement et en toute sûreté de l’électricité décarbonée. 

Ces efforts permettent non seulement à ENGIE d’honorer ses 2,5 millions de clients mais contribuent aussi, en effet, à l’approvisionnement du pays.

Pour rappel, ENGIE opère en Belgique un parc de production électrique diversifié qui est l’un des moins émetteurs de CO2 d’Europe. ENGIE dispose, chez nous, de 45% des moyens de productions d’électricité locaux.

Voir toutes les questions Prochaine question